en
fr
FOUQUET Jean
Saint Vrain, évêque de Cavaillon, guérit les possédés

1452 entre ; 1460 et
parchemin (peint, doré) H. 22 cm ; l. 14 cm
inv. M-6194
don Wildenstein Daniel (donateur) (1981 acquis)
Nulle bordure à rinceaux de fleurs ou d’acanthes mais une mince baguette dorée pour encadrer l’image et l’incipit du suffrage de l’évêque de Cavaillon saint Vrain,tracé en lettres gothiques sur un bandeau de couleur bleue. Dans ce feuillet comme dans les autres fragments identifiés des Heures d’Étienne Chevalier, Jean Fouquet élabore une mise en page audacieuse transformant la miniature en véritable tableau. Dans la nef de l’église, la foule des fidèles presse quelques hommes vêtus de simples chemises de se présenterdevant l’évêque thaumaturge qui, par le seul signe de la croix, les libère des démons qui les possèdent. Cette « histoire », Jean Fouquet la raconte avec une rare habileté tant les visages sont expressifs et les postures variées. Informé des recherches aussi bien italiennes que flamandes en matière de perspective, il rend avec exactitude l’apparence des volumes et donne aux figures leurs justes proportions. En outre, la succession des ogives et l’alternance des supports prouvent qu’il est un observateur attentif de l’architecture parisienne puisque l’espace donné à voir est une transcription fidèle de la cathédrale Notre-Dame.