Chers Visiteurs,
Nous sommes heureux de vous accueillir de nouveau, avec une jauge limitée à 250 personnes simultanées.
Les réservations sont conseillées mais non obligatoires.
Les billets gratuits sont à prendre uniquement sur place.
Nous vous remercions pour votre compréhension et vous souhaitons une excellente visite.

Continuer sur le site
en
fr
MORISOT Berthe (1841 ; 1895)
Bergère couchée

1891
toile (peinture à l’huile) H. 63 cm ; l. 114 cm (sans cadre) ; H. 75 cm ; l. 125 cm ; E. 3,5 cm ; VOLUM. 0,0328 (avec cadre)
Signé en bas à gauche : "B. Morisot".
inv. 6021
legs Rouart Annie (testateur) (1993)
En 1890 et 1891, Berthe Morisot passe l’été à Mézy, une commune des Yvelines située à une quarantaine de kilomètres de Paris. Parmi les petites camarades qu’y rencontre Julie, l’une d’entre elles, Gabrielle Dufour, pose occasionnellement pour sa mère. En 1891, elle est notamment le modèle pour cette Bergère couchée. Vêtue d’une jupe lilas, d’un chemisier blanc et d’un fichu rouge orangé, la fillette est allongée dans l’herbe à l’ombre d’un poirier, avec sa chèvre Colette. Le tracé délicat de sa silhouette témoigne de l’intérêt renouvelé de Berthe Morisot pour le dessin, une préoccupation qu’elle partage avec un autre peintre de figures, son ami Pierre Auguste Renoir. Des trois versions connues de la Bergère couchée, celle du musée Marmottan Monet est la seule à figurer, en 1892 chez Boussod et Valadon, dans l’unique exposition personnelle qui ait été consacrée à Berthe Morisot de son vivant.