en
fr
Gustave Caillebotte (1848-1894)
Rue de Paris. Temps de pluie

1877
Huile sur toile 54 × 65 cm
inv. 5062
Legs Michel Monet (1966)
Cette vue prise à l’intersection des rues de Turin et de Moscou, près de la place de l’Europe, est une étude pour le tableau homonyme qui se trouve aujourd’hui à l’Art Institute de Chicago. D’une facture moins lisse et très libre, l’esquisse préparatoire est un cliché du nouveau Paris, celui des quartiers résidentiels construits sous l’impulsion du préfet Haussmann. Dans cette composition savante, Caillebotte use d’une perspective appuyée par de nombreuses lignes de fuite et partage l’espace en deux zones distinctes situées de part et d’autre du réverbère. Sur la droite, un couple avance vers le spectateur, abrité sous un grand parapluie suggérant, tout autant que l’emploi d’un camaïeu de tons froids, un temps de pluie. Des silhouettes plus floues figurent au second plan les passants qui déambulent dans ce vaste panorama urbain. Bien que sa technique soit plus académique – marque de son apprentissage chez Léon Bonnat –, le peintre revendique néanmoins son appartenance au groupe des peintres de la modernité. Dans leurs correspondances, Monet, Renoir, Pissarro… témoignent de sa générosité à leur égard et des liens qui les unissent. Cette esquisse a d’ailleurs été donnée par l’artiste à Monet, qui l’avait encore dans sa chambre au moment de sa mort.