en
fr
THOMIRE Pierre Philippe (sculpteur, bronzier) (Paris, 1751 ; Paris, 1843)
No title

1812 vers
bronze (doré) H. 78 cm (coupe centrale) ; H. 62 cm (coupes) ; L. 215 cm (plateau) ; D. 61 cm (petit plateau)
inv. 712.1
legs Marmottan Paul (testateur) (1932 acquis)
Merveille d’orfèvrerie, cet important surtout en bronze doré est constitué de huit éléments distincts. Trois plateaux, deux ronds et un oblong en trois parties, possèdent un fond en miroir et une bordure faite de pampres. Pour le plus grand, cette même bordure est ponctuée de putti et de quatre figures représentant les quatre saisons perchées sur des piédestaux décorés de braseros antiques. Deux vases Médicis marquent les extrémités. L’élément central est composé des Trois Grâces d’après Antonio Canova, dansant sur un socle triangulaire décoré d’allusions bachiques et soutenant un panier d’où s’échappent neuf bras de lumière. Deux autres coupes, à six bras de lumière, sont soutenues par des femmes portant des torches d’après un modèle de Pierre Paul Prud’hon, les socles déroulant des enfants tenant des guirlandes de fleurs. Enfin, deux grands candélabres figurent des victoires aux ailes de papillons tenant des coupes de fruits qui libèrent par des rinceaux savamment enroulés six bras de lumière. Hérité de Jules Marmottan, ce surtout aurait par tradition appartenu à Lucien Bonaparte, second frère de Napoléon. Il illustre la monumentalité de ces pièces d’orfèvrerie parisienne dédiées aux fastes de la table, qui séduiront au début du xixe siècle les cours européennes comme les Pays-Bas, la Russie et jusqu’à la Maison-Blanche du président James Monroe.