X Fermer

INFORMATION
CORONAVIRUS COVID-19

En raison de la pandémie du Coronavirus Covid-19, le musée Marmottan Monet est fermé et ce jusqu'à nouvel ordre. Nous vous remercions pour votre compréhension.
en
fr
KLEIN (ébéniste)
Psyché de Berthe Morisot

1807
amarante ; citronnier ; ébène (incrustation) ; bronze (doré) ; peinture sous verre H. 200 cm ; l. 107 cm ; P. 46 cm ; VOLUM. 0,9844
inv. 6499.3
legs Rouart Thérèse (testateur) (1996)
Cet ensemble composé d’un guéridon et d’une psyché provient de la succession de Berthe Morisot, au profit de son petit-fils Julien Rouart. Le guéridon est issu du salon de l’artiste, à son domicile parisien, situé rue de Villejust (actuelle rue Paul Valéry). L’attrait de ce petit guéridon tient au décor du plateau en verre églomisé, au motif central orné d’un médaillon représentant un amour sur des nuées. Il repose sur un piètement simple constitué d’une colonne posée sur un socle tripode. Différentes bordures cernent ce motif central, notamment des cygnes. La psyché a servi de décor à plusieurs oeuvres de Berthe Morisot, dont l’une, intitulée précisément La Psyché, a été exécutée en 1876 (Madrid, musée Thyssen-Bornemisza). Ce miroir en pied, apparu à la fin du xviiie siècle, est traditionnellement constitué d’une glace, le plus souvent rectangulaire, surmontée d’un fronton et montée sur pivots afin d’être inclinable. La massivité générale du meuble et la sobriété des bronzes sont rachetées par le travail délicat d’incrustations d’ébène et de buis à motifs de culots de feuillages, rosaces, étoiles, l’ébène contrastant par sa couleur avec le fond jaune clair et moiré du bois de citronnier. L’utilisation de cette dernière essence remonte à la fin du xviiie siècle et va prendre son essor sous le Directoire et le Consulat. Le décor en verre églomisé placé sous le miroir est un autre élément précieux de ce meuble. Un triton et une Vénus, encadrés par deux cygnes, y sont représentés.